#05 Palais Bolleris / Borelli

Palais Bolleris

L’histoire du palais Bolleris, aujourd’hui Borelli, commence en 1606 avec la construction par le marquis Gaspar Bolleris d’un édifice aux pieds du rocher féodal. Le palais (K) est bien visible dans le Theatrum Sabaudiae, gravure de 1666 de Giovenale Boetto (volume II, Table 45), à coté de la Petite place des Ifs (Piazzetta degli Olmi), aujourd’hui Piazza Statuto, du Petit Palais ainsi qu’à la chapelle Saint Bernard du cimetière.

2Demonte-itinerario_storico_parco_Borelli

En 1694, Margherite Cicotier, héritière des Bolleris, procéda à la division du Palais pour ses deux filles Eléonore et Claude, mariées aux Cajs et Bérenger.
Le testament (archive privée) illustre pour la première fois l’intégrité du palais, le nombre et la fonction de ses différentes pièces. Il ressort que sa partie sud, qui donne sur la Via Martiri (la rue des porches) est complètement détruite. La partie restante abritait des salles publiques : boutiques, prisons, salles de la justice, dont un appartement pour le juge et des caves.
Parmi les pièces réservées à la famille se trouvent un premier appartement pour la famille Cajs qui n’est pas localisé dans le texte, mais semblablement situé à l’ouest et un autre pour la famille Bérenger vers le nord-est. La reconstruction de l’angle sud-est du palais commença à partir de 1707, œuvre du Vicomte Alphonse Bérenger Bolleris qui l’intègre à la noble demeure construite le siècle précédent.

L’extérieur est de style baroque : il ressort l’architecture dominante à cette période à Turin. Elle représente encore aujourd’hui la meilleure décoration urbaine réalisée à Demonte.

En 1747 les héritiers Bolleris changent de nouveau de nom : aux Bérenger s’ajoutent les Bianco et les Canobio. Dans un document de 1777 Francesco Bérenger et Carlo Canobio qui habitaient les parties est et ouest du Palais signèrent un accord pour la construction d’un toit dans la petite cour afin de protéger de la pluie les entrées de la Rue des Porches, chez les Bérenger et « de la porte de mon palais dans le quartier sud » chez les Canobio, ainsi qu’un escalier aux chapiteaux pendants pour accéder aux étages.

15Demonte_volta-PalazzoBorelli

A la fin du XVIII siècle les familles nobles de Demonte demeuraient hors de la ville. Gaspare Bianco Bolleris habitait à Cuneo, sa fille Anna épouse Lanza, à Mondovì.
La représentante de la lignée des Bérenger, la comtesse Teresa vivait à Turin. Actuellement la comtesse Lorenza Lanza est la dernière descendante indirecte des Bolleris – Cicotier Cajs.

En 1828 le comte Borelli achète le palais, le petit palais les ruines du château d’Anjou ainsi que l’église Saint Bernard aux héritiers Bolleris.

Detail de la voute de l’entrèe du Palais Borelli

Il restructurera sa nouvelle demeure avec gout et idées de modernité et construira le passage ou manche Charles Albert qui relie le palais aux jardins, il unira à la chapelle Saint Bernard une chapelle plus petite la réservant au sacellum de la famille Borelli. Il restructurera enfin le dernier étage du petit palais en faisant une demeure digne d’un roi (le roi Charles Albert y sera plusieurs fois hébergé lors de ses fréquents séjours de supervision des travaux du Fort de Vinadio entre 1834 et 1847) et transformera l’ancien site du château en un merveilleux jardin à quatre terrasses.

Le projet de Borelli visait à unir toutes les parties de la propriété Bolleris en une nouvelle et moderne résidence, qui tout en gardant son caractère provincial, était digne pour le roi.
Les travaux durèrent de 1828 à 1860, architecturaux d’une part et urbains de l’autre.

Le complexe escalier

En 1954 le dernier Borelli, le comte Guido, laissera en héritage à la commune de Demonte toutes les propriétés de la famille.

15Demonte_scale-PalazzoBorelli

A la moitié du XX siècle le palais Borelli subit quelques modifications.
Dans les années qui suivirent la disparition du Comte Guido Borelli la partie Sud-est appelée Convito Civico commença à être utilisée comme Internat (Convitto Civico) pour les étudiants de la Vallée.
Le deuxième étage servait de dormitoir, l’étage de salles de classe et de chambres pour les enseignants. Au Nord le palais fut utilisé comme internat, réfectoire et cuisine.

Les dommages les plus importants furent observés sur les façades qui cachaient partout des ébauches de peintures originales et le fractionnement de certaines salles utilisés pour les services hygiéniques ; la hauteur des plafonds surtout pour la pause d’installations d’un système de chauffage et d’installations hydrauliques qui a demandé la coupe du sol et a produit avec le temps des fissures dues au durcissement des peintures murales à la détrempe.

La moitié ouest du palais fut vendue dans les années 90 à une banque qui l’a restaurée au coût de la substitution des structures internes.
Récemment son activité de centre d’accueil a cessé et la Mairie, sur suggestion de la Surintendance du Patrimoine Artistique du Piémont, a récupéré la partie est du palais, transformant ses deux étages en Espace Lalla Romano et Centre Culturel Polyvalent et a restauré l’entrée et l’escalier d’honneur du palais même.

La dernière intervention de restauration architecturale a eu lieu en 2011 dans le passage Charles Albert et le Petit Palais, aujourd’hui Bibliothèque municipale (2012). L’espace sous le passage Charles Albert est aujourd’hui l’Office de Tourisme.

demonte_palazzo_borelli

De nos jours le Palais Borelli de Demonte est un noble complexe constitué de deux blocs donnant sur la Piazza Statuto, la Via Martiri, la Via Parocchia et la Via Archivolto. Le site met en évidence ses origines féodales avec son palais, son petit palais, son parc, son église, ses ruines, tous ayant appartenu pendant sept siècles aux seigneurs de Demonte.

Les deux parties du palais ont une entrée commune, spacieuse et dotée de colonnes, d’une voûte aux décors géométriques du XVII siècle marquée de l’écusson des Comtes Borelli, une petite cour couverte d’un toit à lucarne et un salon qui unit les deux parties par un balcon qui amène à l’étage noble de la demeure. La partie qui se trouve en face des deux premiers escaliers à gauche, a appartenu à la dynastie Bolleris-Cicotier-Cays avec salon et salles aux plafonds décorés (aujourd’hui propriété d’une banque).

Centre de tout le palais il était et il reste le Salon d’honneur (ou des fêtes)

Le decor du salon est très complet: une fine voûte en bois et en dur soutenue par de fins support en bois peints.
Le decor de la salle est d’une part en stuc, d’autre part peint, relié au découpage de l’architrave soutenu par les relatifs couples de colonnes aux chapiteaux dorés.
La qualité des enduits et des paysages des cadres, modeste, est en contraste avec le projet décoratif de l’ensemble et l’élégant motif des vases fleuris avec guirlandes peints dans les lunettes.

15Demonte_PalazzoBorelli-salonefeste3

Les fresques des parois représentent en partant de la gauche en entrant, le Fort de la Consolata (origine de l’histoire des Borelli) qui a l’honneur d’offrir une vue d’ensemble de la partie frontale du fort et, sur la droite ,la Lanterne de Genova en souvenir du rôle d’Avocat Fiscal et Général du Sénat par le comte Giacinto Borelli, chargé par le roi Victor Emmanuel I.
Dans la partie inférieure de la salle restent d’une époque plus ancienne la partie vers l’escalier et la cheminée en marbre rose.
Les socles et les colonnes des fresques ont été réalisés au XIX siècle, peintures à la détrempe qui ont recouvrant celles déjà existantes.

L’intérieur de la voûte abrite un grand corbeau, symbole des Samatoris, famille de nobles seigneurs de Demonte à l’époque des Bolleris.

La Salle des Arts (musique, peinture, architecture, sculpture) à coté du Salon des Fêtes était dotée d’un billard. Sa voûte est décoré d’une fresque représentant Mnemosyne, mere de toutes les Muses.

La salle a manger, la salle des fleurs et des fruits étaient à l’époque utilisées comme salon et chambre à coucher. A noter, leurs précieux plafonds à caissons délicatement décorés et les dessus de porte peints (abimés par les élèves du centre d’accueil qui a siégé au palais pendant la deuxième moitié du XX siècle).

15Demonte_PalazzoBorelli-salaarti1
15Demonte_PalazzoBorelli-salaarti2

Decorations dans la salle des fleur

L’Etage supérieur du Palais Borelli présente également des plafonds finement décorés. Ses pièces ont pu être utilisées comme appartement privé de la famille ou des domestiques. L’organisation des chambres semble remonter à la restructuration au XVIII siècle (époque Bérenger) de la partie Sud-Est et Nord-Est.
Il ressort d’une recherche effectuée dans les années 90 que la restructuration de 1707 utilise des structures internes préexistantes comme les murs transversaux de la construction et les arcades des poches qui reprennent cette structure oblique de répartition moyenâgeuse.
Afin de profiter de ces murs les pièces prirent des formes obliques et l’architecte en obtint la régularisation partielle grâce à la variation de l’épaisseur des murs qui présentent une différence jusqu’à 40cm.

Aujourd’hui le premier étage est occupé par le Centre Culturel Polyvalent, le deuxième, Espace Lalla Romano, est dédié à la célèbre écrivaine de Demonte.

Bibliographie

– “Relazione storico-tecnica preliminare al restauro del Palazzo Borelli”, 1996 del Politecnico di Torino, Professoressa Dottor Arch. Claudia Bonardi
– “Parrocchia S.Donato di Demonte” Ed. Diocesi di Cuneo, 2008
– Studio Architetti Associati Torino – “Palazzo e Parco Borelli, progetto di restauro e valorizzazione”, 2010, Arch. Carla Bartolozzi
– “Demonte ieri e oggi”, Primalpe Edizioni, 1983
– Archivio storico della Confraternita di San Giovanni Decollato di Demonte