#04 L’Eglise Saint Donat

L’Eglise

L’église Saint Donat apparaît déjà dans un document de 1332.
Elle devint église paroissiale pendant le XIV siècle au dépit de la paroisse Saint Jean Baptiste, exposée aux attaques et aux dangers des guerres comme l’église Sainte Marie Madeleine qui se trouvent en dehors des murs de Demonte. En 1431 l’évêque de Turin permet la construction du baptistère et l’administration des sacrements à la condition d’une restauration adéquate. A la fin du siècle l’église fut complètement refaite avec trois nefs gothiques et un toit à chevrons en vue.

14Demonte_san-donato-1

En 1592 les trois églises sont définitivement unifiées sous Saint Donat par décret de l’Archidiacre de l’église Métropolitaine de Turin.
D’importants travaux de restauration furent réalisés de 1665 à 1671 : la mairie fit construire son pupitre en bois et sa façade. L’édifice acquit des connotations baroques avec le projet de F. Bottero suggéré par Giovenale Boetto. La chapelle du rosaire fut ornée de stuc et de fresques de Giuseppe Nuvolone et de Giovanni Claret qui peint celle de la Bataille de Lépante.

14Demonte_san-donato-2

Au XVIII siècle l’église vit quelques modifications telles que la construction de la Sacristie et du lavabo de marbre noir en 1713. En 1739 une Via Crucis est ajoutée. En 1750 une quatrième nef est construite. Entre 1776 et 1789 l’église fut dotée d’un autel, d’un balustre et d’un baptistère en marbre, œuvres de SCALA, résident à Cuneo.

En 1864 le besoin de travaux au toit ouvrit à l’entière restructuration de l’église qui dura 5 ans : les nefs furent réduites de 4 à 3, la façade fut refaite ramenant l’entrée au centre, le presbytère fut agrandi et l’autel déplacé.

En 1906 le projet de l’ingénieur Caviglia amena à la démolition du toit pour le reconstruire 3 mètres plus haut, retrouvant des proportions de hauteur et largeur de la nef centrale plus acceptables. La voûte fut embellie avec des rosaces en stuc et en 1907 le peintre Bartolomeo Giorgis y peint une fresque ainsi que sur les parois du presbytère et en 1915, l’arrière fond au-dessus de la tribune.

La façade en briques brutes date du XIX siècle. Elle est surmontée par deux groupes de statues en ciment qui représentent les Virtus Théologiques et les titulaires des trois anciennes paroisses : Saint Donat, Saint Jean-Baptiste et Sainte Marie Madeleine.

L’intérieur de l’église est très spacieux et abrite deux bénitiers du XVIII siècle.

LA VISITE PARTIE GAUCHE

A gauche de l’entrée avant de rejoindre la première chapelle (le Baptistère), une niche en bois protégée d’une vitre renferme un magnifique crucifix en bois du XV siècle.

Le Baptistère est constitué d’une vasque en marbre de 1789 de la marbrerie Scala de Cuneo et d’un corps en stuc (Baptême de Jésus) du XIX siècle.

La chapelle successive abrite l’autel de Saint Eligio dont le nom remonte à l’agrégation de la compagnie de Saint Eligio (Evêque de 588 à 660 ap –JC), saint patron des forgerons, des maréchaux-ferrants et des muletiers. L’icône (d’auteur inconnu, 1876 ?) représente Jésus sur la croix contemplé par Saint Costant et l’évêque Saint Eligio.

La visite se poursuit avec l’autel du Suffrage, géré jusqu’en 1636 par la compagnie du Suffrage annexée en 1742 à la Confraternité de La Vierge Béate du Suffrage de Rome. L’autel actuel en stuc fut réalisé en 1911 par le stucateur Piazzalunga et décoré en 1912 par Bartolomeo Giorgis. Sa toile d’auteur inconnu date de la deuxième moitié du XVIII siècle et représente les âmes du Purgatoire secourues par un ange parmi Saint Paul, Saint Sébastien et Saint Michel aux pieds de la Vierge Marie qui intervient auprès de la Trinité.

14Demonte_san-donato-3

L’autel Saint Stéphane et Saint Magno. La restructuration de 1750 dédia l’autel à Saint Stéphane et Saint Magno auxquels était annexée la Société des Agriculteurs. La toile du dépôt de Jésus dans les bras de Marie entre Saint Magno et Saint Isidore (datant de la première moitié du XVIII siècle) est d’auteur inconnu. Deux statues de Saint Magno sont placées sur les côtés dans deux niches. L’une le représente vêtu en TEBEO, l’autre en civil romain.

L’autel Sainte Anne appartient à la famille Bolleris dont l’écusson réside dans la partie inférieure de l’autel. Sa toile d’auteur inconnu date de la deuxième moitié du XVII siècle. Elle représente la Vierge et l’Enfant, Sainte Anne, Saint Ludovic de Toulouse et Saint Pierre.

14Demonte_san-donato-4

La chapelle Saint Joseph naît en 1750 lors de la construction de la quatrième nef mais la Compagnie des Agonisants existait près d’un autel de San Giuseppe. L’université des ébénistes fêtaient auprès du même autel le saint patron Saint Joseph. L’icône de Saint Joseph agonisant est l’œuvre d’un peintre local Carlo Andrea Baracco (1750).
Elle est entourée de sept toiles mineures représentant la Vie du saint. Une autre toile représente la Sainte Famille de Nazareth.

La statue en bois de Saint Donat de S.M Clemente est située du côté du presbytère.

L’autel majeur est l’œuvre du sculpteur sur marbre Scala (1776). Il supporte un crucifix réalisé en 1913 par le sculpteur Guacci de Lecce.

L’icône de Saint Donat a été réalisée par le peintre F. Alisiardi de Rivoli en 1839. Elle représente la Vierge et l’Enfant entre Saint Jean Baptiste, Marie Madeleine et Saint Donat, titulaires des trois anciennes paroisses. Deux toiles sont disposées autour : Le dépôt de la Croix et l’Adoration des Pasteurs.

Les parois du presbytère sont décorées de fresques de Bartolomeo Giorgis et représentent l’Apparition du Sacré Cœur à Sainte Marguerite Alacoque ainsi que Notre Dame de Lourdes (1912). Les deux toiles au-dessous, d’auteur inconnu, représentent la Cène et la Nativité. Elles datent du XVII siècle.

La sacristie: des objets sacrés sont exposés dans les vitrines du grand meuble en bois. Une plaque en marbre du sépulcre du clerc est incrustée dans le sol (1723).

PARTIE DROITE

Une Statue de la Madone du Bon Conseil entourée d’anges, œuvre du sculpteur Roasio de 1853 se trouve à côté du presbytère.

La chapelle du Saint Rosaire  abrite son actuel autel en marbre (1803) provenant de la chapelle de Saint Charles du Fort de la Consolata. Les cadres des mystères du Rosario sont du peintre Aprile (1761). Les fresques de la voûte, riche de stuc baroques positionnés autour à des scènes de la vie de la Vierge, ont été réalisées par le peintre Nuvoloni en (1671).
La statue en bois de la Madone du Rosaire de 1686 est une œuvre du sculpteur G. Vallo.

A droite se trouve la fresque de la Bataille de Lépante de Giovanni Claret (1665 environ).

L’ autel Saint Louis date de la moitié du XVIII. Le retable du XIX siècle représente La Madone du Bon Conseil et Saint Louis, Saint Pierre, Saint Paul et Saint Antonio Abate. Sa structure en bois provient de la paroisse Sainte Marie Madeleine (de la chapelle de Saint Dalmas).

L’autel de Sainte Lucie est en marbre. Il remonte à 1829. La retable représente la Vierge et l’enfant, Sainte Lucie, Saint Dalmas, Saint Bartholomé, Saint André. C’est une œuvre du peintre A. Pastore de Cuneo réalisée en 1831.

L’autel du Crucifix a son plan et son devant d’autel en marbre provenant de G. Monti de Valdieri (1876) et les revêtements et l’estrade à la marbrerie Manzo de Mondovì (1907). De nombreuses statues sont disposées dans sa niche (L’Immaculée, le Sacré Cœur, Saint Louis).

La Tribune et l’orgue: l’arrière-fond fut peint par Bartolomeo Giorgis en 1915 et représente le Paradis et des anges musiciens, Sainte Cécile et le Roi David. L’orgue est une œuvre du fabricant Vittino-Vegezzi de Centallo.

14Demonte_san-donato-7

La Via Crucis est représenté à l’intérieur de la nef centrale par des toiles peintes en 1739 par le P.A Botta, exposées sur les colonnes.

La Voûte est ornée de fresques réalisées par le peintre Bartolomeo Giorigis en 1907 et représentent l’Adoration du Saint Sacrement, le Triomphe de Saint Donato et le Cœur de Jésus avec les Saint Pierre et Paul et les patrons secondaires, Saint Jean-Baptiste et Sainte Marie Madeleine. Au-dessus des fenêtres de la nef centrale les médaillons représentent les Dix Commandements.

Certains bancs pourvus de agenouilloir et siège ont encore sur leur dossier les marques des Marquis Bolleris, des comtes Borelli et des Comte Béranger .

Bibliographie

– “Relazione storico-tecnica preliminare al restauro del Palazzo Borelli”, 1996 del Politecnico di Torino, Professoressa Dottor Arch. Claudia Bonardi
– “Parrocchia S.Donato di Demonte” Ed. Diocesi di Cuneo, 2008
– Studio Architetti Associati Torino – “Palazzo e Parco Borelli, progetto di restauro e valorizzazione”, 2010, Arch. Carla Bartolozzi,
– “Demonte ieri e oggi”, Primalpe Edizioni, 1983
– Archivio storico della Confraternita di San Giovanni Decollato di Demonte