Histoire

DEMONTE: UN PEU D'HISTOIRE

L’histoire de la Vallée Stura et de Demonte commence à l’époque préromaine avec l’arrivée de ses premiers habitants, les Montagnards Ligures.
La ville de Demonte, antiquement appelée Demons, Demontum, De Montium, Ed Montes, De Monte et enfin Demonte depuis 1214) et la Valle Stura furent conquises par les légions romaines du Consul Marc Quint Flacco à l’époque augustinienne et annexées au municipium de Pedona (l’actuel Borgo San Dalmazzo) ainsi que les Vallées Vermenagna et Gesso.
La Vallée Stura était à cette époque déjà très connue pour l’importance de ses cols qui assuraient un transit facile vers l’autre versant des Alpes.
A partir du V siècle la Valle Stura fut envahie par les Goths de Théodorique, les Byzantins, les Lombards, les Francs et durant le IX et le X siècles, par les Sarrasins qui laissèrent une vallée détruite suite aux massacres et à la recherche de ses pierres précieuses.
La Vallée Stura en cette période appartenait à l’abbaye bénédictine de Pedona.
En l’an 998, la Valle Stura fut donnée comme fief à l’archevêque de Turin et resta sous son autorité jusqu’en 1150.

A partir du XI siècle les informations relatives à la Valle Stura et ses communes sont plus précises.
Durant tout le XII siècle la vallée fut sous la domination du marquisat de Saluzzo ; au XIII siècle elle subit l’élan d’expansion de la commune de Cuneo, des d’Anjou.
En 1214 Demonte devint une commune grâce à une clémente concession du Marquis de Saluzzo.
En 1259 les d’Anjou conquirent toute la Vallée, de Cuneo jusqu’au col de Larche et qui fut annexée à la Provence.

L’histoire de Demonte est liée par la suite à la vie de deux familles de nobles : les Bolleris (XIV) et les Borelli (XIX).

Les Bolleris entrèrent dans l’histoire de Demonte en 1372 avec Franceschino Bolleris, Seigneur de Salmour, qui après avoir reconquis le château de Demonte au nom des d’Anjou et chassé les Viscontes de Milan, reçut le titre de vicaire royal de la part de la reine Jeanne I d’Anjou.

En 1376 Jeanne I, suite aux batailles où elle chassât Gian Galleazzo Visconti qui avait de nouveau envahit la vallée, nomma Franceschino Bolleris Seigneur de Demonte et de la Haute Vallée Stura et ses héritiers seigneurs de ses biens et de son économie ainsi que de Roccasparvera et Centallo.

En 1377 le vicomte Franceschino Bolleris fut nommé châtelain de Demonte et s’établit dans le château des D’Anjou, probablement construit par Charles II D’Anjou dit le Boiteux.
Le château fut construit sur la butte du quaternaire à l’ouest de Demonte (l’actuel Parc Borelli) et remplace sûrement celui construit par les premiers seigneurs de Demonte (les Procardo, les Berardo ou les Marquis de Saluzzo) sur la butte à l’est de Demonte qui n’offrait pas d’eau potable et dont la restauration était trop coûteuse.

Les Bolleris gardèrent leurs privilèges et leur titres de barons durant les épisodes de guerres et de guerres de succession tels que la domination de la commune de Cuneo, du Marquisat de Saluzzo et des Savoie.

Ces derniers tentèrent dans les siècles qui ont suivi de s’emparer de la vallée et en 1388 leur domination s’étendit jusqu’à la commune de Vinadio. Au même moment l’annexion de la Provence au Royaume de France fit passer le reste de la vallée sous domination française.
En 1437 le vicomte Ludovico Bolleris demanda et obtint de la part des d’Anjou l’ajout de son écusson parmi les-leurs afin de se protéger des incursions ennemies.
Ce stratagème s’avéra utile jusqu’en 1588 lorsque Demonte et la Vallée Stura furent définitivement conquises par les Savoie.
En effet, cette année-là les Savoie réussirent enfin à s’emparer de toute la vallée jusqu’au col de Larche : le dernier territoire à céder fut celui qui regroupait Roccasparvera, Moiola, Gaiola et Demonte, fiefs des Bolleris.
Les Châteaux de Demonte et de Roccasparvera furent définitivement détruits par les Savoie qui avec le Duc Charles Emmanuel I, fit construire en 1590 le Fort de la Consolata en aval de Demonte, afin de se défendre de la menace huguenote.

En 1601 le vicomte Gaspar Bolleris dût payer pour récupérer ses fiefs et reçut le titre de marquis par Charles Emmanuel I en 1603.
La construction du Palais (l’actuel Palais Borelli) commença en 1606.

La Vallée Stura subit de nombreuses guerres sous la domination des Savoie, notamment lors de la guerre de succession autrichienne et des campagnes napoléoniennes.
Le 17 août 1744 les armées gallo-hispaniques, endommagèrent considérablement le Fort de la Consolata lors de leur retraite après la mise à feu de Demonte. Grâce au Major Ignazio Giacinto Borelli les flammes ne rejoignirent pas les poudrières. Lui et ses hommes reçurent la médaille d’honneur et la dynastie des Borelli entra ainsi dans l’histoire de Demonte.
Le Fort de la Consolata fut reconstruit par les Savoie vers 1790 et semblait désormais solide.
Mais la France de Napoléon vînt chasser l’armée des Savoie et imposa un très lourd traité pour la paix (la Paix de Cherasco, 1796) aux Savoie qui comprenait la perte du comté de Nice, la Savoie, la destruction des remparts de Cuneo et ceux du Fort de la Consolata de Demonte.

En avril 1814, après la chute de Napoléon les Savoie retrouvèrent leurs terres mais le Fort de la Consolata n’était désormais plus que ruines.

Quelques années plus tard, en 1820, un descendant du Major Ignazio Giacinto Borelli, Giacinto Borelli, fut nommé Comte par le roi Victor Emmanuel I et chargé de régent de la Chancellerie royale de Sardaigne.

Charles Albert (VII roi de Sardaigne), successeur de Charles Emmanuel I apprécia les qualités du Comte Borelli et le nomma Premier Président du Sénat de Gênes en 1831 et Ministre de l’Intérieur en 1847.
C’est au Comte Giacinto Borelli que sont due l’élaboration et la signature par Charles Albert et lui-même du Statuto Albertino en 1848, document qui marque en Italie le début de la période du Risorgimento et qui portera à l’Unification de l’Italie à partir de 1861.

Bibliographie

– “Relazione storico-tecnica preliminare al restauro del Palazzo Borelli”, 1996 del Politecnico di Torino, Professoressa Dottor Arch. Claudia Bonardi
– “Parrocchia S.Donato di Demonte” Ed. Diocesi di Cuneo, 2008
– Studio Architetti Associati Torino – “Palazzo e Parco Borelli, progetto di restauro e valorizzazione”, 2010, Arch. Carla Bartolozzi,
– “Demonte ieri e oggi”, Primalpe Edizioni, 1983
– Archivio storico della Confraternita di San Giovanni Decollato di Demonte